Textiles - Bettina Eberhaerd
Textiles
Détissage, Tissage, Assemblage
Travail en cours...

Le tissage, la tapisserie, la couture et le tricot etc… que le procédé soit industriel, artisanal ou artistique, faire appel aux pratiques ancestrales traditionnelles ou à des technologies sophistiquées, on connait ! Le tissage, chacun à une idée plus ou moins précise de la chose et pourrait, sans effort, en trouver un exemple sur lui, dans l'espace privé ou public, ameublement, dans l'héritage traditionnel ou dans l'environnement contemporain.
Mais le dé-tissage… que pourrait bien être le dé-tissage ?
Par rapport aux productions et aux formes innombrables évoquées à l'instant… un accident, une erreur de manipulation, un acte maladroit, le constat d'un état d'usure, l'abandon d'un déchet, une absurdité ? Un résultat négatif, en bref, ou au contraire une volonté, un zèle en faveur d'un recyclage écologique ?

Dé-tissage
Quelle finalité justifie, ou peu justifier, une pratique du dé-tissage ? A quoi peut ressembler un dé-tissage ? en quoi un geste de déconstruction peut-il être créatif ?

Le trame, encore une fois, ça a de la tenue, sa tension exprime une forme et la répartition précise et esthétique de couleurs et de lignes, nous sommes bien d'accord. Que serait donc la libération hasardeuse, ou dirigée, le relâchement des fils de la trame et de la chaîne ? nouages rompus ?

Quel goût excessif pour le fil, son origine et son potentiel, pour sa qualité tactile, sa souplesse presque immatérielle, pour sa difficulté à être appréhendé ?
Un fil rompu qui ne couvrirait plus rien, ni corps, ni meuble, un fil livré à lui même et au souffle d'air.
Oui, c'est cela, ce serait une forme potentielle livrée au courant d'air, … une mémoire de parachute …

Cependant, il a bien fallut, au bon moment, ressaisir, peigner, lier, vaporiser les mèches et les écheveaux comme des chevelures.
Il a fallut à Bettina Eberhaerd, pour donner forme, trouver des qualités nouvelles au fil et révéler des qualités existantes, mais sous-jacentes, jusque là invisibles, tordues, étranglées.
Il a fallut dé-tisser, dé-tresser encore des surfaces uniformes et ordinaires, pour retrouver l'esprit du cocon, du nid, de la pelote. Trouver les outils, les gestes et les sensations pour mettre en forme des évidences plastiques, incontournables, présentes et attirantes … indescriptibles aussi … à voir uniquement, à toucher … peut-être, mais avec délicatesse s'il vous plait.

Christian Martinez
Top